Accueil/ACTUALITÉS, CRÉER SA MARQUE/Comment choisir une police de caractère ?

Comment choisir une police de caractère ?

Techniques pour bien choisir sa typographie

Trouver une police de caractère adaptée peut s’avérer délicat

La beauté et la complexité des choses qui vous entourent, combiné avec une source inépuisable d’options à évaluer peut très vite devenir un obstacle dans votre choix. Bien qu’il n’existe aucune règle précise sur la façon de choisir une typographie, certains principes qui ont fait leurs preuves vous aideront dans ce choix parfois cornélien. Si vous œuvrez en suivant systématiquement les conseils ci-dessous, je vous assure que vous gagnerez du temps. Vous êtes prêts ? Commençons.

Quel est votre objectif ?

La première chose que vous devez faire afin de choisir une police de caractères (en vue de l’associer à un motif par exemple) est de déterminer quelles impressions vous souhaitez faire ressortir auprès de votre cible. Ceci est votre objectif primordial, la base même de tout le processus. Soit cette impression est déterminée par vous, soit par votre cible (d’où l’importance de bien identifier votre auditoire).

Quoi qu’il en soit, votre choix de typographie doit répondre efficacement à une simple combinaison : rester lisible tout en étant adapté à votre cible et à votre dessin. Chacune de ces caractéristiques exige un certain degré d’examen. Comme vous le savez peut-être déjà, il est facile de se laisser submerger par ce problème. La partie la plus difficile est sans doute de déterminer ce qui est objectif de ce qui ne l’est pas.

Et comme la lisibilité est plus facilement quantifiable que l’humeur de vos clients, nous allons commencer par ce point : la lisibilité.

La lisibilité

Dans un premier temps vous devez choisir la fonction du texte. Les polices des romans ou des journaux ont une lisibilité très élevé tandis que les polices décoratives ont une faible lisibilité. Votre typo doit être identifiable au premier coup d’œil.

Quelques astuces pour une bonne lisibilité :

Choisissez de préférence des polices de caractères conventionnelles. Les lettres composées de formes, avec des ornements excessifs ou d’autres éléments obligent souvent le lecteur à comprendre l’ensemble alors que le but est qu’il identifie rapidement le message. La compréhension immédiate doit passer avant l’originalité.

Votre police doit avoir des caractères avec un espacement généreux. Les lacunes visuelles entre les lettres ralentiront le temps qu’il faut pour reconnaître les lettres et comprendre le message. Un espacement généreux permet au regard d’identifier rapidement le texte dans son ensemble.

La lisibilité est l’interaction dynamique qui existe entre le style, la taille, les couleurs et toutes les autres propriétés qui seront combinées dans votre texte. Suivant le message à faire passer, vous pourriez utiliser une police qui a une lisibilité volontairement faible. Ou vous pouvez vous concentrer sur une typographie avec haute lisibilité parce que votre message est compliqué, et vous ne voulez pas que votre style de typo entrave la compréhension de votre texte. Dans la plupart des cas, la communication passe avant le style.

Il est donc important de déterminer l’usage final de votre typographie. Choisir une police conçue à des fins d’affichage, comme les titres des affiches, ne fonctionnera pas si votre texte est long. À l’inverse, une police de caractères conçue pour la lecture prolongée perd de son impact si vous l’utilisez comme un titre.

Dans votre mise en page et à moins que cet effet ne soit délibéré, essayez de toujours conserver un certain alignement de vos caractères, évitez les espacements maladroits qui provoqueront chez le lecteur une certaine difficulté à lire le texte. En effet, l’œil sera obligé de faire des bonds d’un mot à l’autre et mettra ainsi plus de temps à identifier vos phrases. Nos yeux confondent facilement les lignes qui se chevauchent et qui perturbent ainsi la compréhension du message. Ne vous ait-il jamais arrivé de lire la même ligne deux fois dans un texte ? Je pense que la réponse est oui. Ne faites donc pas travailler vos lecteurs plus qu’il ne faut.

Le second facteur à prendre en compte pour votre choix de police de caractères est la pertinence.

Les aspects de la pertinence

Certains caractères sont plus appropriés que d’autres. La pertinence est quelque chose que vous pouvez apprendre à la fois par l’expérience de l’utilisation d’une police de caractères, mais aussi par d’autres attributs de cette police, y compris son histoire et son objectif initial. Voici quatre attributs d’une police de caractères que vous pouvez considérer.

L’intention de conception de la police

Il est utile d’examiner l’intention de conception de la police. Beaucoup de polices de caractères populaires ont été détaillées, donc il me semble impardonnable de ne pas chercher à en savoir d’avantage sur telle ou telle police. Si une police a été conçu pour la signalisation, comme Cooper Black, elle n’ira probablement pas dans une mise en page d’un livre. Cela peut être un exemple évident, mais ne manquez pas de réfléchir à cela avant de choisir votre typographie.

L’esthétique

Votre caractère doit être conforme à l’esthétique attendue par le public pour lequel le dessin ou la mise en page sont destiné. Plus votre police correspondra à votre sujet, plus elle aura de succès.

L’humeur

Sur un simple mot, nous remarquons aisément que le sens peut en être changé simplement en modifiant l’aspect de la police de caractère. Par exemple l’humeur du mot « détente » sera radicalement différente si vous l’écrivez avec une Arial Rounded plutôt qu’avec une Impact. L’humeur est très puissante, et c’est une bonne idée d’avoir une deuxième paire d’yeux pour visualiser votre travail afin d’être sûr de ne pas commettre d’erreur d’interprétation par votre auditoire. Cela démontre que la personnalité de base de la police et sa lisibilité à la réponse émotionnelle de l’intention du message est une recette infaillible pour réussir.

Conseils pour choisir une police de caractères

Commencez par bien planifiez votre travail car il est crucial de savoir faire des choix dès l’instant où vous commencez à rechercher des polices. Sachez que dans une mise en page, trois polices de caractères est bien suffisant et que trop de typographies peut nuire à votre création. Vous verrez que d’autres designers ont déjà trouvé les moyens d’utiliser convenablement les polices de caractères que vous prévoyez d’utiliser. Inutile de réinventer la roue. Regardez autour de vous, examinez soigneusement ce que les autres ont déjà fait. Et ne négligez pas la familiarité quand vous tombez sur le travail d’un autre. Bien souvent les polices dites « ennuyeuses » ou « familières » seront les meilleurs choix pour être sûr de toucher votre public.

Voici quelques conseils pour vous aider à expérimenter rapidement et intelligemment votre police de caractères :

[list type= »check »]

  • Mettez en place des feuilles de style (si vous êtes dévelopeur ou travaillez dans l’édition), ce qui accélère la circulation des idées, car elles sont faciles à partager.
  • Jouez avec les polices en changeant la taille des différents éléments.
  • Juger les résultats obtenus et changez certaines choses, mais ne changez qu’une seule chose à la fois.
  • Obtenez une deuxième opinion ou une troisième. Il est facile d’oublier l’évidence.

[/list]

[clear]

Évitez les anachronismes

Par exemple, si vous ne connaissez pas l’histoire de votre police, vous pourriez vous retrouver avec un résultat un peu ridicule. Par exemple, vous avez décidé d’utiliser la police Trajan pour illustrer un motif ou un livre sur la Grèce antique. Ce serait un anachronisme involontaire puisque la Grèce est antérieure à Rome, et que Trajan était un empereur romain. Le caractère Trajan est tiré de « La colonne de Trajan », qui est un monument d’une victoire militaire datant de l’an 100 après JC. Et si l’on vous demande les raisons de votre choix, vous aurez alors du mal à vous justifier.

Évitez les corrélations avec le nom de votre typographie

[list type= »check »]

  • Ne pas utiliser Papyrus juste parce que votre sujet concerne l’Égypte ancienne. (Mieux encore, ne pas utiliser Papyrus du tout)
  • Ne pas utiliser Comic Sans juste parce que votre sujet est humoristique. (Mieux encore, ne pas utiliser Comic Sans du tout)
  • Ne pas utiliser Lithos juste parce que votre création porte sur la Grèce.
  • Ne pas utiliser Futura juste parce que votre sujet traite de « l’avenir ».

[/list]

[clear]

Utiliser une palette limitée

Les avis diffèrent à ce sujet, mais ce n’est pas une mauvaise idée d’envisager une palette limitée de caractères. Préférez donc des typographies populaires aux typo excentriques et originales. Elles sont populaires pour une raison, c’est qu’elles plaisent. Certains concepteurs n’ont jamais utilisé plus de 20 caractères différents de toute leur vie. Je vous recommande de visiter le site FontShop en tant que référence. Dans votre base de police, vous devriez essayer d’ajouter une nouvelle police, et pas seulement une classique. Pendant que vous y êtes, pensez à ajouter une ou deux polices modernes en provenance de fonderies indépendantes, comme par exemple FontSquirrel ou encore Typedot.

Astuce finale : briser les règles

N’hésitez pas à casser les règles établies. Connaître les bases décrites dans cet article vous aidera à faire des choix intelligents à propos des règles en vigueur et à les briser.

Il vous arrivera sans doute d’essayer 99 combinaisons avant de trouver l’idée unique, mais le processus est un réel plaisir.

Conclusion

Rappelez-vous : la connaissance d’une typographie vous donne le pouvoir de vous exprimer de manière plus créative avec elle. Avant de « pousser l’enveloppe », comme l’affirme le dicton Québecois (un concept médiatique qui veut qu’on doit choquer le spectateur par la panique, le scandale ou l’humiliation), vous devrez d’abord savoir ce que vous manipulez et jusqu’où vous pouvez aller sans risquer de tomber dans l’absurdité.

2011-09-03T17:02:37+00:00 3 septembre 2011|ACTUALITÉS, CRÉER SA MARQUE|2 Commentaires

2 Commentaires

  1. Maria 5 septembre 2011 à 11 h 01 min- Répondre

    Très bon article Kler. Je vous recommande d’aller jeter un oeil sur le blog Ilovetypography.com Il y a des articles très intéressants sur la typographie, dont une interview de Kris Sowersby, un des fondateurs de la Fonderie Klim Type.

    • Kler 5 septembre 2011 à 11 h 06 min

      Bonjour Maria, je suis allé visiter I love Typography. Il fera désormais partie de mes favoris dans la matière. C’est un excellent site que je découvre grâce à vous. Merci pour ce lien.

Laisser un commentaire