/, CRÉER SA MARQUE/5 Conseils pour trouver un nom de marque percutant

5 Conseils pour trouver un nom de marque percutant

5 idées essentielles pour les startups ou les petites entreprises, afin de vous aider dans la création du nom de votre entreprise

Dans le domaine du design sur textile, trouver un nom percutant que les gens retiendront est essentiel. Pourquoi ? Simplement parce qu’une marque forte est facilement reconnaissable et que la reconnaissance commence par le nom de votre entreprise. Aujourd’hui, Klerdesign et la Boutique du T-shirt vous proposent de découvrir, ensemble, quelques idées pour trouver le nom parfait pour votre futur business de tee-shirts.

Avant-propos : qu’est-ce qu’une marque ?

Avant de commencer, je souhaite vous rappeler ce qu’est une marque. Vous allez me dire : « Heu… c’est le nom de mon entreprise. » C’est partiellement vrai, mais ça ne fait pas tout. Une marque est la somme des expériences vécues entre votre entreprise et vos clients, y compris vos clients potentiels. Une marque forte communique sur ce qu’elle fait, elle communique sur comment elle le fait et, en même temps, établit un climat de confiance et de crédibilité avec ses clients.

Parce qu’une marque est vivante ; c’est l’ensemble des interactions quotidiennes entre vous et vos clients. Par interactions, j’entends les images que vous partagez, les messages que vous publiez sur votre site, sur vos supports de communication, sur les réseaux sociaux et sur tout votre matériel marketing.

Démarrer votre activité (si possible sans vous ruiner)

Dans le secteur très concurrentiel de la création textile, mettre beaucoup d’argent de côté dans l’espoir d’une rapide réussite, voire celui de passer devant vos concurrents ne résoudra pas vos problèmes. Vous finirez probablement par vous arracher les cheveux avant même d’avoir commencé à rentabiliser votre investissement. Tous les jeunes entrepreneurs, qu’ils soient dans le design de textile ou pour toute autre activité se questionnent sur la manière de lancer une startup avec un petit budget. N’ai-je pas raison ? Ah ! C’est bien ce que je pensais 😉

Voici 5 conseils pour vous aider à démarrer :

1. Soyez unique

Je vais prendre un exemple tout simple : l’une des marques les plus emblématiques de notre temps, Apple. Voici un nom qui a priori n’a rien à voir avec la conception de logiciels, mais qui rappelle de par sa profonde symbolique, la connaissance, l’apprentissage, le fruit de l’arbre du jardin d’Éden, etc. Apple donc, en 1997 lance sa campagne novatrice « Think Different », pensez différemment. Deux décades plus tard, la marque est toujours synonyme de conception de qualité, de design élégant et d’une plus grande fiabilité que ses concurrents. Ce qui soit dit en passant est plutôt vrai, mais là n’est pas le sujet.

Posez-vous cette question : qu’est-ce qui vous différencie des autres ? Que propose votre marque que ne propose pas votre concurrent ? Ainsi, le nom de votre marque devrait refléter ce que vous vendez ou proposez, votre philosophie, votre état d’esprit, la symbolique que vous souhaitez véhiculer, etc. Vos clients sauront-ils tout de suite ce que vous proposez en voyant votre nom ? C’est primordial d’y réfléchir.

Quand je parle d’être unique, essayez dans la mesure du possible de trouver un nom de marque dont le nom de domaine pourra aussi être enregistré. Il est très important de vérifier que vos concurrents directs n’ont pas déjà réservé un nom de domaine au nom de votre marque. En effet, il arrive fréquemment que des entreprises aient la fâcheuse surprise de constater que le nom de domaine associé à leur nom est déjà pris, parfois même de longue date. Si cela vous arrive et si votre entreprise et celle de votre concurrent sont dans le même secteur d’activité, vous vous exposerez à des litiges, et ne serez probablement pas en mesure de protéger le nom de votre entreprise.

2. Un peu de remue-méninges pour créer votre nom

Le brainstorming est une étape inévitable dans la création du futur nom de votre marque. Une fois que vous savez ce que vous voulez que votre nom d’entreprise transmette, prenez le temps de réfléchir. Posez-vous, prenez une feuille de papier et pensez à des mots qui décrivent votre entreprise ou les produits, les services que vous offrez. Pensez à des mots qui décrivent vos concurrents. Pensez à des mots qui décrivent les différences entre vos produits et ceux de vos concurrents. Considérez aussi les mots qui décrivent les avantages de l’utilisation de vos produits ou services. Enfin, pensez à des mots, des phrases qui évoquent les sentiments que vous voulez que vos clients ressentent lorsqu’ils verront votre nom.

Internet regorge de dictionnaires en ligne, de thésaurus qui vous aideront dans cette démarche, notamment pour trouver les racines grecques et latines de vos mots ou de vos phrases. En faisant cet exercice, vous trouverez de nouvelles idées. Notez également que certaines langues, tel le swahili par exemple, ont des connotations plus positives que d’autres. N’hésitez pas à croiser vos mots, à mélanger vos phrases, à tout remuer dans tous les sens !

Ce travail nécessitera sans doute des dizaines d’heures de réflexion, mais c’est la première étape du « naming ». Ne pas prendre le temps de le faire serait une grave erreur.

3. Choisissez un nom simple, court et facile à mémoriser

Pensez aux noms des marques que vous admirez, Spreadshirt, RDTS, Zazzle, Divao pour ne citer que quelques-unes des marques de notre secteur d’activité. Qu’ont-elles en commun ? Leur nom est court, simple et facile à mémoriser. Certaines utilisent même des acronymes (RDTS pour Rue du Tee Shirt par exemple). Les noms commerciaux complexes sont souvent difficiles à écrire et à se souvenir. C’est un réel problème, car pour une startup, le bouche-à-oreille occupe une grande part de la communication marketing.

Comme je vous le disais plus haut, l’acronyme peut être une bonne solution. Par exemple, il arrive que je signe mes créations KD, pour Klerdesign. C’est plus facile à mémoriser (et à imprimer !).

4. Évitez le brainstorming en groupe ou en famille

Je sais, c’est tentant de demander à ses amis, à sa famille, à ses collègues ce qu’ils pensent de votre nom. Mais il y a des risques. Le premier, c’est qu’ils n’y connaissent souvent rien. C’est VOTRE marque, la vôtre et vous êtes le seul à pouvoir décider de ce qui est bon pour vous. Si je puis me permettre ce conseil : n’écoutez jamais leurs conseils. Le second c’est que vous ne pensez pas comme eux. Sans doute êtes-vous plutôt cerveau droit, créatif, imaginatif, mais vos amis sont peut-être cerveau gauche ? Qui mieux que vous peut savoir ce qui vous représente ? Si vous devez impliquer les autres, choisissez un tout petit groupe, un parent très proche, votre conjoint-e. Cela suffit, car — j’en suis certain — seules des personnes qui vous connaissent personnellement seront en mesure de vous apporter des réponses objectives.

5. Évitez les modes et tendances du moment

Mais, la mode c’est cool ! Oui, dans un sens, mais la mode finie toujours par passer… et votre marque aussi passera de mode si celle-ci s’inspire trop des tendances actuelles. Par exemple, dans les années 90 il était coutume d’ajouter « .com » à la fin des marques qui étaient présentent sur Internet. Après l’explosion de la bulle Internet, ces entreprises sont devenues synonymes de désuétude. Celles qui ont survécu ont toutes abandonné le « .com » à la fin de leur nom.

Enfin, vous devrez également vous assurer de choisir un nom de marque que vous pourrez déposer à l’INPI (si vous êtes en France) ou dans tout autre service de protection des marques si vous comptez vous développer à l’international. C’est important si vous faites du commerce, et je sais que vous allez en faire ! Toutefois, vous n’êtes pas obligé à 100% de passer par cette étape, vous pouvez en effet acquérir les droits d’utilisation d’un nom de marque par sa simple utilisation dans le commerce. Mais vous devrez, pour cela, prouver l’antériorité de votre marque en cas de litige avec une autre marque.

Notez également que si vous souhaitez déposer un nom à l’INPI, l’inscription vous en coûtera 200 euros minimums, sans garantie que la marque ne soit acceptée, dans le cas où vous avez mal fait votre benchmark et qu’un concurrent estime que votre nom copie le sien. La loi n’est pas tendre à ce sujet. Cependant, l’INPI sait parfois statuer en faveur des jeunes entrepreneurs lorsqu’ils sont attaqués par de vils mastodontes aux dents longues. Je sais de quoi je parle 🙂

Pour aller plus loin

Voilà pour ces 5 conseils, j’espère vous avoir aidé dans la recherche de votre nom de marque. Vous êtes invités, chers lecteurs à continuer cet échange dans les commentaires. Quels conseils supplémentaires suggéreriez-vous pour les personnes cherchant à nommer leur startup ou une petite entreprise de tee-shirts ? La parole est à vous.

2016-02-24T15:02:42+00:00 24 février 2016|ACTUALITÉS, CRÉER SA MARQUE|2 Comments

2 Comments

  1. GraphiCK-Kids 10 mars 2016 at 9 h 47 min - Reply

    Article très intéressant et instructif.
    un point sur lequel je suis partiellement en accord : ne demander l’avis qu’à peu de personnes mais surtout le demander.
    Les avis extérieurs peuvent nous permettre de voir une connotation à laquelle on n’a pas forcément pensé, par contre ne faire que demander l’avis des noms auxquels on a pensé et ne pas leur laisser la liberté de proposer sinon ça devient un grand n’importe quoi qui ne nous ressemble pas.

  2. Jason 26 juillet 2017 at 14 h 17 min - Reply

    Très intéressant ton article si je peux me permettre, aide mémoire. Vraiment merci

Leave A Comment